dyn010_original_285_300_gif__dd39c7f96976e3eeffd8ca0f9f6a3275

Je n'en suis pas encore à tester les "fameuses" recettes de Gaston Lagaffe à Ma P'tite Cantine bien que certains parents doivent penser, quelquefois, que je propose des plats plus qu'originaux !

La cantine scolaire concerne en France plus d'un élève sur deux ce qui représente environ un milliard de repas servi par an. Moi je me contente -si je peux m'exprimer ainsi- d'en servir un peu moins: je n'ai pas les statistiques des années précédentes mais après une année 2009/2010 exceptionnelle avec 7998 (et non, pas 8000!) repas, record dû aussi à un effectif élevé à l'école, les années suivantes ont été un peu plus "calmes": 6693 repas pour 2010/2011, 6839 pour 2011/2012, 6969 pour 2012/2013 et enfin encore une poussée l'année dernière avec 7829 repas; et ce n'est pas fini, cette année en cours enregistre de nouveau une fréquentation de la cantine en hausse par rapport à 2013/2014 !

Tout ça pour vous amener au sujet de ce message sur le fait que goûter, c'est super important; j'en ai la preuve tous les jours.

Que dire des petits nouveaux arrivés en septembre et qui n'avaient jamais mangé une feuille de salade, un radis, une tomate,  ou bien des carottes râpées ? à force d'insister jour après jour, le résultat est là. Un exemple frappant avec Damien en GS actuellement et qui, il y a un peu plus de deux ans, ne pouvait pas avaler un seul dé de betterave; maintenant, il en reprend une deuxième fois.

Attention, pas question de forcer les enfants à finir leur assiette mais j'essaie de les motiver en leur disant que ça me ferait plaisir s'ils mangeaient une partie de leur portion et ça fonctionne; je leur dis aussi -même si ce n'est pas bien vrai- que les légumes viennent de mon jardin et que j'ai mis beaucoup de temps à les préparer (ça c'est vrai).

J'ai aussi convaincu plus d'un adulte à goûter les épinards, le blé, les harengs, le roquefort...Marie-Hélène, directrice de l'école quand j'ai pris les rènes de Ma P'tite Cantine et partie depuis dans une autre commune, s'est réconciliée avec les choux de Bruxelles; elle tente -difficilement pour le moment- d'en faire manger à sa fille; elle ruse pourtant: un chou de Bruxelles mangé = une partie de yam...

Même si l'éducation alimentaire fait entièrement partie de notre travail en restauration collective, il est aussi important que les parents continuent à la maison.

7cfdb9d4