21 avril 2011

Eclairage...

Depuis que j'ai commencé ce blog, beaucoup d'entre vous doivent s'interroger sur l'origine de mon pseudo!

Caillebotte

200px_Caillebotteautoportrait

Je précise tout de suite que je ne suis pas l'arrière-arrière petite fille du fameux Gustave du même nom (1848-1894), peintre impressionniste de son état qui de toute façon n'avait pas d'enfant.

En réalité, je cherchais un pseudo en rapport avec la cuisine et je l'ai trouvé dans une spécialité régionale: les caillebottes, dessert de chez nous préparé avec du lait cru et de la présure.

Auparavant, dans le temps comme dit ma maman, on utilisait des plantes présurantes comme le gaillet gratteron (appelé très justement caille-lait) ou la chardonnette (artichaut sauvage).

Galium_aparine            Silybum_marianum

Ces deux espèces sont très répandues dans nos campagnes; le gaillet gratteron (à gauche) est une plante très accrochante qu'on s'amusait à lancer sur les vêtements des copains quand on était petits!

Bon, je vais quand même vous donner la recette de ces caillebottes, dessert typique de Vendée:

* Il vous faut tout simplement 1 litre de lait cru que vous ferez tiédir à 37°; vous y ajouterez 1 cuillère à soupe de présure (qu'on trouve en pharmacie et maintenant dans la plupart des grands magasins du coin), vous mélangez bien avec un fouet,  vous mettez au frais et laissez reposer plusieurs heures.

Chez nous, on les mange saupoudrées de sucre mais elles peuvent être dégustées avec du café froid à la façon d'îles flottantes: le café froid est versé dans une assiette, on ajoute ensuite quelques blocs de caillebottes et on ajoute du sucre en poudre. C'est un dessert très frais que l'on consomme essentiellement en été.

Posté par caillebotte à 07:49 - - Commentaires [10] - Permalien [#]